Bonjour à tous et à toutes, je suis très heureuse de vous retrouver pour ce nouvel article dont la thématique est le paraître.

En effet, dans mes accompagnements en thérapie ou en coaching, pour rappel, je suis thérapeute et coach et j’accompagne les hommes et les femmes à se libérer de leurs douleurs psycho-émotionnelles, énergétiques ou spirituelles, nombreuses sont les personnes qui sont prises dans les mailles du filet, dans l’illusion du paraître

C’est souvent vécu, pour elles, comme un enfermement, une prison dorée, également une incapacité à la simplicité et à la sobriété mais pas que.

Le travail que nous faisons alors ensemble est d’éclairer quels sont les enjeux qui se cachent derrière ce besoin de paraître dans un premier temps puis, dans un second temps de renouer avec leur propre nature et leur propre vérité afin de retrouver la joie de la simplicité d’être qui elle sont dans leurs profondeurs allégées du superflu.

Alors, aujourd’hui, j’aimerai vous proposer un autre angle de vue, un autre regard sur le paraître.

Et je vous propose de partir avec point de départ cette phrase à laisser résonner en vous : qui suis-je si je ne prétends rien ? en vraiment laisser les mots descendre à l’intérieur.

Autrement dit être en capacité de se détacher de tous ses lieux d’attachements, de tous les consensus, de toutes ses appartenances, de toutes ses croyances, de toutes les tendances tant sur le plan matériel, émotionnel que de la représentation.

Sortir du superficiel de ce qui est à la surface, de ce qui dépend de la forme vs le fond, c’est sortir des conditionnements.

Quitter le paraître, la société partir en laissant, en abandonnant le faux derrière soi en ayant confiance en soi, en sachant de quoi vous êtes capables parce que vous connaissez votre puissance intérieure notamment parce que vous vous êtes affranchi(e)s, libéré(e)s de vos traditions, de vos coutumes, des normes etc, vous vous êtes éveillé(e)s

Vous avez réussi à quitter un monde qui ne vous correspond plus en arrêtant de courir après une illusion de vous-même pour apprécier chaque moment de la vie tel(le) que vous êtes, enfin séparé(e) du paraître pour être.

Quitter le paraître induit de s’émanciper du regard de la société, de l’autre aussi et parfois d’être seul(e) sur ce chemin d’indépendance. C’est dans ce moment qui peut parfois être douloureux, précaire, isolé que vous pouvez embrasser votre vérité et marcher votre chemin tel un apôtre quand bien même on tenterait de vous en empêcher, de vous entraver, de vous en dissuader car vous avez trouvé en vous, votre lieu de puissance et de souveraineté

Quitter le monde du paraître pour le monde de l’être, ne pas s’accrocher, s’éloigner en laissant le passé derrière soi comme un bon souvenir. C’est quitter le monde de l’extériorité pour retrouver l’intériorité qui implique le repli, le retrait, le silence autrement dit, la sortie de l’extériorité pour rentrer en silence, en intériorité.

J’espère que cet autre angle de vue vous permettra de ressentir un autre niveau de densité entre le paraître en un seul mot en lien avec l’extérieur, avec le monde des images mentales et le par être en deux mots en lien avec l’intérieur, en lien avec l’être qui est sans forme lui. 

MM

Photo : Inconnue 

Partagez sur les réseaux sociaux !

recevoir
votre cadeau
de bienvenue

« Rentrez Zen ! » – Sept voyages méditatifs.