Dans les troubles de l’existence, rester dans la foi et la confiance qui sont deux états d’être peut être vacillant.

Lorsque notre ciel est bleu, ce n’est pas un sujet. Nous vivons pleinement ce qui est savoureux. Il est rare que nous nous interrogions sur le pourquoi de la joie, n’est-ce-pas ? 

Cependant, lorsque la météo change et devient plus tourmentée ou houleuse, rester dans cet enracinement puissant, indéfectible, inviolable peut sembler une chimère. 

Pourtant, c’est bien là dans ces instants, où il va nous être nécessaire de nous retourner en nous afin d’entendre et écouter notre sagesse intérieure qui peut faire émerger le sacré du fond de nos vies.

Le sacré n’est pas à distance de nous, il est bien en nous, au-dedans.

Il nous permet d’élargir le monde dans l’enfermement lorsque nous ne croyons plus en la vie, en l’humain, aux lendemains. Il nous offre une relianceune soudureune restaurationune cautérisationun baume

Il a cette particularité de n’appartenir à personne et à tous à la fois.

Face à nous-mêmes, reste une question : au final, connaissons-nous quelque chose qui n’est pas sacré ?

Des flots de tendresse vers vous,

MM

Photo : Inconnue

Partagez sur les réseaux sociaux !

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

recevoir
votre offfande
de bienvenue

« Recueil de l’âme » – Mes remerciements pour vous.